Société

Développement Durable à la base : Afrique Espérance séduit les PTFs

Afrique Espérance a sorti, ce mardi 14 juin 2022, le grand jeu en organisant une visite de terrain au profit des Partenaires Techniques et Financiers (PTFs). Et ça n’a pas raté. Ces derniers ont été séduits par l’approche de travail, la stratégie d’accompagnement et de maillage des femmes en milieu rural, mais aussi et surtout par l’impact des actions et initiatives de l’organisation de la société civile à dimension et à vocation panafricaine.

Le Président de l’ONG Afrique Espérance Charles Balogoun entouré de quelques membres de son équipe, s’entretenant avec ses hôtes

Direction Tozoumè dans la commune de Zè pour une journée de découverte et de partage d’expériences et de bonnes pratiques. Une journée au terme de laquelle, la satisfaction se lisait sur tous les visages.

Des projets et actions impactant

Résolument engagé à promouvoir l’approche genre et à protéger la planète, l’ONG implémente avec les femmes du groupement « Ayiminazé » de Tozoumè (commune de Zè) une expérience inédite de protection de l’environnement. Grâce au financement obtenu de son partenaire franco-canadien Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD), un organisme de l’Organisation International de la Francophonie (OIF), elle réalise à Dodji Batta (Tozoumè) le projet de « valorisation des déchets organiques pour l’augmentation des revenus des groupements de femmes transformatrices de manioc dans la commune de Zè au sud du Bénin ».

Les hôtes d’Afrique Espérance à Zè

Concrètement, appuyé techniquement par l’entreprise Bio Gaz Bénin, dont le Directeur Général Enock Gnanga était de la partie pour éclairer la lanterne des hôtes du jour, Afrique Espérance a installé, au profit des femmes de Zè, un dispositif de traitement et de  transformation des déchets organiques en gaz naturel bio. Une expérience inédite qui règle plusieurs problèmes à la fois : recyclage des déchets organiques, lutte contre la déforestation. Ce qui permet aux femmes de travailler dans des conditions optimales et faire preuve d’une efficacité à nulle autre pareille. Toute chose qui se ressent sur le rendement et l’augmentation des revenus de ces femmes en milieu rural. Avec ce projet, rien ne se perd, tout se crée et se transforme.

Afrique Espérance, l’expérience qui fait la différence

Avec presque dix années d’existence et d’expériences, l’organisation de la société civile panafricaine a mis la barre très haute. Ses méthodes de mise en œuvre de projets portent la marque de la maturité. Et ça les Partenaires Techniques et Financiers (PTFs) l’ont constaté.

Seance d’écahnge entre Afrique Espérance et ses partenaires

D’abord, c’est la Cheffe de Mission du ProFoP (Promotion de la Formation Professionnelle) de la coopération Allemande GIZ, Dolores Rescheleit qui la première fut épatée, séduite par les réalisations de l’ONG sur le terrain, mais aussi surtout par l’ingéniosité et le dynamisme de femmes sur le terrain coachée par Charles Balogoun, le Président de Afrique Espérance, le métronome de la prouesse constaté de visu ce mardi et par Paula Gnacadja, la dynamique e talentueuse Présidente du groupement de femmes ‘’Ayiminazé’’ de Tozoumè dans la commune de Zè.

Chantal BOSSOU, la cheffe de la délégation de ACMA 2 sur le terrain à Zè

C’est ensuite Chantal Bossou et la forte délégation de ACMA 2 (Approche Communale pour le Marché Agricole au Bénin, Phase 2), composée de femmes leaders, productrices et transformatrices, venues des quatre coins du Bénin, qui ont non seulement exprimé toute leur satisfaction face à un partenariat qui porte visiblement ses fruits, mais ils ont profité pour apprendre un peu plus sur les bonnes pratiques qui témoignent de la réussite et le succès du projet de ‘’Afrique Espérance’’.

Charles Balogoun, le Président de l’ONG Afrique Espérance accordant une interview aux journalistes présents sur les lieux

Après les échanges, le partage d’expériences, la visite des installations et de la forêt de 1040 plants d’eucalyptus et de 60 acacias, les PTFs sont résolus, qui à poursuivre la coopération avec ‘’Afrique Espérance’’, qui à nouer un solide partenariat avec l’organisation, qui bénéficie, il faut le préciser, du statut consultatif au Conseil Economique et Social des Nations Unies.

Zek Adjitchè ALAFAÏ

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page