Politique

Niger/ Education nationale : Trois nouvelles structures créées

Le Conseil des Ministres qui s’est réuni ce jeudi 10 novembre 2022, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence Monsieur MOHAMED BAZOUM, Président de la République, Président du Conseil des Ministres a été très riche en décisions importantes : Projet de ratification d’accord de financement entre le Niger et l’association Internationale de Développement, projet de loi sur le statut du personnel du cadre autonome de la Garde Nationale du Niger (GNN). Dans le secteur de l’éducation nationale, c’est trois établissements de divers caractères qui ont été créés.

C’était une promesse de campagne. Et le Président Mohamed Bazoum est en train de la tenir. Enseignant de carrière lui-même, il avait lors de la campagne présidentielle au terme de laquelle il a été porté au pouvoir, il avait promis rédorer le blason du secteur éducatif nigérien, lui redonner ses lettres de noblesses et l’adapter aux réalités du temps. C’est ce qui justifie depuis son arrivée des mesures fortes et énergiques. Ainsi, dans la droite lignes des actions déjà en cours d’opérationnalisation, d’importantes décisions concernant le secteur ont encore été prises lors du conseil des ministres de ce jeudi 10 novembre. Trois nouvelles structures ont vu le jour. Il s’agit de l’Agence Nationale d’Assurance Qualité de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ANAQ-Sup), de l’Université Virtuelle du Niger (UVN) et de l’Institut National de Documentation, de Recherche et d’Animation PPédagogiques (INDRAP).

Le communiqué sanctionnant le Conseil des Ministres précise que  la mise en place de l’ ANAQ-Sup « vise à satisfaire certaines exigences de la qualité de l’enseignement supérieur, notamment celles provenant de l’UEMOA, du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement supérieur (CAMES), de la CEDEAO et de  l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) ». La création de l’UVN permettra quand à elle « de résorber certaines difficultés auxquelles fait face actuellement l’enseignement supérieur dont l’insuffisance d’infrastructures et d’équipements de recherche ». « Elle permettra en effet : la réalisation d’économies substantielles sur les investissements, les œuvres sociales, les  infrastructures et leur entretien ; l’adaptation de l’emploi de temps au rythme de chaque apprenant » mentionne le communiqué.

C’est  la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière éducative en vue d’améliorer la qualité de l’éducation au Niger et de relever le défi de la bonne gouvernance du système éducatif qui a concouru à la création de l’INDRAP.

« Ils consacrent la transformation de l’Institut National de Documentation, de Recherche et d’Animation Pédagogiques qui était un Etablissement Public à caractère Administratif, en un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial », note le Conseil des Ministres qui ajoute : « cette réforme permettra de renforcer les capacités de l’établissement  notamment par la production des moyens pédagogiques en vue de l’amélioration qualitative du système éducatif nigérien ».

Zek Adjitchè ALAFAÏ

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page