Politique

Manœuvre pour diviser le parti FCBE : « Les masques sont définitivement tombés » renseigne Alassane Tigri

Les membres du parti Force Cauri pour un Bénin Emergent (FCBE) ont organisé une conférence de presse ce dimanche matin pour clarifier la position du parti sur le supposé changement à la tête du parti et sur le fameux récépissé provisoire du parti qui circule sur les réseaux sociaux. Ils en ont profité pour dénoncer une manœuvre et une tentative de division en cours d’orchestration.

Le parti Force Cauri pour un Bénin Emergent (FCBE) est en passe, si ses dirigeants n’y prennent garde, de subir le même sort que la Renaissance du Bénin (RB) ou le Parti Social-Démocrate (PSD). Des taupes se seraient révéler au grand jour avec le vil dessein de semer la discorde et la zizanie au sein du parti de l’ancien Chef de l’Etat Boni Yayi. C’est ce qui a justifié la sortie médiatique que les ténors du parti ont effectué ce dimanche matin à leur siège.

« Les rumeurs circulaient sur certain camarades qui auraient été pris en compte par le pouvoir de la rupture pour lui livrer pieds et poings liés notre parti » renseigne Alassane Tigri qui poursuit avec un brin de désolation : « Nous n’avons pas voulu croire, tant nous faisons confiance à la probité… de ces camarades ». A l’en croire, les auteurs du coup de force qui est en train de se jouer actuellement n’ont d’autres noms que Théophile Yarou, Paul Hounkpè et Issifou Amadou.

Le trio, affirmera-t-il, « dans la traitrise et en catimini » auraient organisé un pseudo congrès pour répondre aux exigences de ministre de l’intérieur, à savoir « exclure  de la direction du parti tous les camarades en exil ou supposés avoir maille à partir avec la justice ». « Cet acte est…inqualifiable » a déclaré Alassane Tigri avant de fustiger et de désavouer le comportement « ignoble » de ses désormais ex camarades.

Il a rassuré les militants que le fait que Valentin Djènontin reste et demeure le Secrétaire exécutif national. Il a d’ailleurs recommandé à ce dernier de convoquer le bureau politique afin d’examiner « cet incident »  à la lumière des textes du parti et prendre les mesures appropriées.     

Zek Adjitchè ALAFAÏ

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page