Politique

Après la version de la police républicaine sur l’incident de Dantokpa: Le parti FCBE rétablit sa vérité des faits

Les faits sont sacrés mais les commentaires sont libres, dit-on souvent. C’est pour rétablir la vérité des faits que le parti Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), a rendu publique, dans l’après-midi du samedi 20 avril 2019, une déclaration dans lequel il qualifie de mensonges grotesques les allégations de la police républicaine au sujet de supposés recrutement de mercenaires et de jets de pierres lors de la descente des deux anciens Chefs d’Etat Nicéphore Soglo et Boni Yayi de même que l’He Rosine Soglo au marché Dantokpa.

 La police républicaine aurait fait économie de vérité lors de sa conférence de presse tenue le vendredi dernier et qui fait suite à l’incident survenu au marché Dantokpa où elle a dispersé la foule qui était venu suivre les anciens présidents de la république Nicéphore Dieudonné Soglo et Thomas Boni Yayi de même que l’Honorable Rosine Vieyra Soglo descendus sur les lieux. Par la voix de son porte-parole Nouréni Atchadé, le parti Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) a tenu à apporter la lumière sur la supposée présence de mercenaires dans l’équipe de sécurité privé de Boni Yayi en rétablissant la vérité. 

 « Au cours  de la conférence de presse qui a suivi ces événements, la police républicaine a affirmé avoir été accueillie par des jets de pierres et présenté deux individus qui seraient des mercenaires » a lancé Nouréni Atchadé pour planter le décor. A l’en croire, ces deux hommes qu’il qualifie de braves ont été recrutés par Boni Yayi pour s’occuper de sa protection. Il rappelle que l’ancien Chef de l’Etat a dû recourir à une équipe de sécurité privée « à la suite du retrait par Patrice Talon des agents de l’Etat affectés à la sécurité de l’ancien président de la république ».

Agents de sécurité privée béninois et non mercenaires

Pour Nouréni Atchadé, les deux personnes présentées par la police républicaine comme des mercenaires sont bel et bien béninois. « Ils vivent au Bénin, leurs familles aussi. Personne n’est allée dans un pays autre pays les recruter… Les traiter de mercenaires, c’est faire preuve de malhonnêteté, de fumisterie et de fuite en avant » a clarifié le porte-parole du parti fcbce. Selon lui, en arrêtant « ces deux victimes de la barbarie », les forces de l’ordre cherchent juste « à justifier la bavure perpétrée sur la personne des deux anciens Chefs de l’Etat et de la présidente fondatrice de la RB ». Sinon, dit-il « de notoriété publique, il est clair dans la tête de tout béninois que ceux qui vont chercher des mercenaires our combattre les béninois, sont ailleurs et sont connus de tous ».

Supposé jets de pierres

« En ce qui concerne les jets de pierres, c’est encore un mensonge grotesque » a affirmé l’He Nouréni Atchadé. Il invite la police à rendre publique la preuve de ses allégations si jamais elle détenait une quelconque preuve. Il précise tout de même : « Nous sommes à l’ère du numérique et aucune des images que véhiculent les réseaux sociaux sur l’incident d’hier, ne fait cas d’aucun jet de pierre sur les agents de police ».

Pour lui, l’incident de Dantokpa « est la parfaite illustration de la descente aux enfers du Bénin démocratique ». Il dénonce la décapitation des partis de l’opposition et « invite le peuple à la résistance afin que la dictature ne s’érige pas en mode de gouvernance dans notre pays ».

Zek Adjitchè ALAFAÏ

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page