Economie

Face à des échecs répétés dans sa tentative de corrompre : Un fraudeur pertube la brigade douanière d’Hillacondji

(Le duo à la tête de la brigade fait objet de vaines cabales)

C’est un fait de reconnaître que les choses ne se passent plus comme auparavant à la frontière de Hillacondji pour les transporteurs et opérateurs économiques fraudeurs et ce  depuis l’installation de la nouvelle équipe composée du Col Roukayath BONI YARA,  receveur, du Col Cossi Mathieu AIHUNZOUN, Chef des Opérations Commerciales (COC), du Col  Akim Odoubi, chef visite, du Cdt Clément VIKPODEGNI, Chef brigade et de son adjoint le Cdt  Chaudieu AMOUSSOU.

Il faut admettre que dans l’exercice de leur mission régalienne de renflouer les caisses de l’État et booster l’économie béninoise, cette équipe rencontre parfois des hommes ayant pour vocation de toujours contourner les règles établies dans le seul but de satisfaire leur intérêt personnel.

C’est alors contre cela que s’est érigé le grand mur anti-fraude qui n’est rien d’autre que la brigade douanière d’Hillacondji. Ceci pour la sauvegarde des acquis de l’État béninois. 

Ayant pour mission de lutter contre la fraude douanière et l’insécurité, l’amélioration des recettes douanières et le renforcement des capacités techniques de la douane et  le transfert des compétences, la brigade douanière d’Hillacondji fait depuis peu objet de menaces, d’insultes, de pressions et d’attaques de tout genre de la part des braqueurs de l’économie béninoise qui d’ailleurs ne trouvent nulle place pour commettre leurs forfaits.

C’est ainsi que fatigué, épuisé face à des échecs répétés dans sa tentative de corrompre des agents assermentés, qu’un voleur ambulant, physiquement inexistant, sous le pseudonyme de  transporteur  essaye de salir les disciplines de St Matthieu et tente de peindre en noir les efforts qu’ils consentent pour barrer la route à des opérateurs économiques et transporteurs indélicats et véreux. 

Plusieurs démarches notées de sa part pour contourner le système mis en place pour la vérification des marchandises, un nombre incalculable de rejet de la brigade face à ses tentatives de corrompre les agents et même de rencontrer les soldats de l’économie béninoise en dehors de leur lieu de service rejetées. La justice béninoise doit calmer les intentions malsaines du Filou qui salit le nom du Bénin avec ses fausses allégations mensongères tachées de déstabilisation de l’économie béninoise. Mais il ne semble pas tirer les leçons de la déculottée et du revers qu’il enregistre dans ses tentatives infructueuses. 

Quelques soient ses agissements, les agents de la douane béninoise très engagés veillent au grain, l’esprit serein.

Notons que la célérité des opérations de dédouanement et d’enlèvement des marchandises  exige une transparence dans l’exécution des formalités. Cette transparence nécessite l’établissement d’une procédure de dédouanement qui permet d’éliminer les goulots d’étranglement et qui annihilent les efforts engagés pour la modernisation de l’Administration des Douanes et l’amélioration des performances. 

L’heure n’est donc plus à la distraction. Enfants du Bénin debout !

François DJANDJO (Le Point)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page