Economie

Consultation Nationale sur le Protocole de la ZLECAF sur les femmes dans le commerce : La validation du document au cœur d’un atelier

(Hassane Mounkaïla, DG du commerce explique le processus)

Le ministère du commerce, de l’industrie et de l’entreprenariat des jeunes a organisé à travers sa direction générale du commerce un atelier de validation du document de la consultation nationale sur le Protocole de la ZLECAF sur les femmes dans le commerce. La direction générale du commerce a ainsi réunit à l’hôtel Radisson Blu de Niamey dans la journée de ce mercredi 27 Octobre 2021 les femmes commerçantes et entrepreneures, ceci avec l’appui de l’ONU Femme.

Rappelons que la décision de lancer le projet de la zone de libre échange continentale(ZLEC) a été prise en janvier 2012 lors de la 18ième session ordinaire de la conférence de l’union Africaine. Ce qui a donné naissance plus tard à la ZLECAF. Il est à noter que la ZLECAF a été réfléchie et décidée pour établir un marché unique pour les biens et services en Afrique, ceci bien sûr par l’élimination des droits de douanes et autres barrières non tarifaires.

Alors retenons que la ZLECAF au delà d’être un accord commercial entre les pays africains se veut aussi être un instrument de développement destiné à sortir plusieurs millions d’africains de la pauvreté à l’horizon 2035.

La réelle cible se trouve être la femme, parce que les femmes commerçantes et entrepreneures sont des actrices majeures de ce processus d’intégration commerciale. Il importe donc de s’assurer dès l’entame du processus que la ZLECAF intègre la perspective sensible au genre et que la femme exerçant dans le commerce transfrontalier ainsi que celles participant à la production des biens et services soient bien informées et assez bien outillées à l’exploitation de cette opportunité.

Dans son propos le Directeur général du commerce, monsieur Hassane Mounkaïla explique que ” le but de ce document est d’offrir aux femmes commerçantes et entrepreneures une plate forme pour exprimer leurs intérêts dans le cadre de la ZLECAF” en notant également ” les défis auxquels elles sont confrontées afin de les résoudre ou les poser au niveau de l’union Africaine pour des probables solutions aux obstacles” le Directeur général a bien signifié qu’une telle procédure “nécessite l’accompagnement du gouvernement d’abord et des Partenaires qui font déjà beaucoup dans le secteur”

François Djandjo

(Le Point Sahel)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page